Accueil > WebZine > Lettre de Thot – Archives – Best of > 2005 > Joris Karl HUYSMANS - Le Drageoir aux épices

Joris Karl HUYSMANS - Le Drageoir aux épices

AUX VIEUX AMIS

J’OFFRE

CE DRAGEOIR FANTASQUE

ET CES

MENUS BIBELOTS

ET

FANFRELUCHES

J. K. Huysmans

SONNET LIMINAIRE

Croquis de concert et de bals de barrière ;

La reine Marguerite, un camaïeu pourpré ;

Des naïades d’égout au sourire éploré,

Noyant leur long ennui dans des pintes de bière ;

Des cabarets brodés de pampres et de lierre ;

Le poète Villon, dans un cachot, prostré ;

Ma tant douce tourmente, un hareng mordoré,

L’amour d’un paysan et d’une maraîchère : Tels sont les principaux sujets que j’ai traités :

Un choix de bric-à-brac, vieux médaillons sculptés,

Emaux, pastels pâlis, eau-forte, estampe rousse,

Idoles aux grands yeux, aux charmes décevants,

Paysans de Brauwer, buvant, faisant carrousse,

Sont là. Les prenez-vous ? A bas prix je les vends.

ROCOCO JAPONAIS

O toi dont l’oeil est noir, les tresses noires, les chairs blondes, écoute-moi, ô ma folâtre louve !

J’aime tes yeux fantasques, tes yeux qui se retroussent sur les tempes ; j’aime ta bouche rouge comme une baie de sorbier, tes joues rondes et jaunes ; j’aime tes pieds tors, ta gorge roide, tes grands ongles lancéolés, brillants comme des valves de nacre.

J’aime, ô mignarde louve, ton énervant nonchaloir, ton sourire alangui, ton attitude indolente, tes gestes mièvres.

J’aime, ô louve câline, les miaulements de ta voix, j’aime ses tons ululants et rauques, mais j’aime par-dessus tout, j’aime à en mourir, ton nez, ton petit nez qui s’échappe des vagues de ta chevelure, comme une rose jaune éclose dans un feuillage noir.

CAMAIEU ROUGE

La chambre était tendue de satin rose broché de ramages cramoisis, les rideaux tombaient amplement des fenêtres, cassant sur un tapis à fleurs de pourpre leurs grands plis de velours grenat. Aux murs étaient appendus des sanguines de Boucher et des plats ronds en cuivre fleuronnés et niellés par un artiste de la Renaissance.

Le divan, les fauteuils, les chaises, étaient couverts d’étoffe pareille aux tentures, avec crépines incarnates, et sur la cheminée que surmontait une glace sans tain, découvrant un ciel d’automne tout empourpré par un soleil couchant et des forêts aux feuillages lie de vin, s’épanouissait, dans une vaste jardinière, un énorme bouquet d’azaléas carminées, de sauges, de digitales et d’amarantes.

La toute-puissante déesse était enfouie dans les coussins du divan, frottant ses tresses rousses sur le satin cerise, déployant ses jupes roses, faisant tournoyer au bout de son pied sa mignonne mule de maroquin. Elle soupira mignardement, se leva, étira ses bras, fit craquer ses jointures, saisit une bouteille a large ventre et se versa, dans un petit verre effilé de patte et tourné en vrille, un filet de porto mordoré.

A ce moment, le soleil inonda le boudoir de ses fleurs rouges, piqua de scintillantes bluettes les spirales du verre, fit étinceler, comme des topazes brûlées, l’ambrosiaque liqueur et, brisant ses rayons contre le cuivre des plats, y alluma de fulgurants incendies. Ce fut un rutilant fouillis de flammes sur lequel se découpa la figure de la buveuse, semblable à ces vierges du Cimabué et de l’Angelico, dont les têtes sont ceintes de nimbes d’or.

Cette fanfare de rouge m’étourdissait ; cette gamme d’une intensité furieuse, d’une violence inouïe, m’aveuglait ; je fermai les yeux et, quand je les rouvris, la teinte éblouissante s’était évanouie, le soleil s’était couché !

Depuis ce temps, le boudoir rouge et la buveuse ont disparu ; le magique flamboiement s’est éteint pour moi.

L’été, cependant, alors que la nostalgie du rouge m’oppresse plus lourdement, je lève la tête vers le soleil, et là, sous ses cuisantes piqûres, impassible, les yeux obstinément fermés, j’entrevois, sous le voile de mes paupières, une vapeur rouge ; je rappelle mes souvenirs et je revois, pour une minute, pour une seconde, l’inquiétante fascination, l’inoubliable enchantement.

Joris Karl Huysmans - Copyright © 1999 Association de Bibliophiles Universels
http://abu.cnam.fr/ - Illustration Fantasio ©

Le Drageoir aux épices, recueil de poèmes en prose, est le premier texte publié par Huysmans. Il le fait imprimer à ses frais en 1874. On appréciera sa maîtrise de l’art du portrait et de l’hypotypose, qu’il fatigue souvent jusqu’à l’exercice de style, sans jamais toutefois laisser le verbe prendre le pas sur la scène observée. Si l’influence des naturalistes est manifeste, on voit cependant sourdre dans le texte comme une universelle décrépitude, une "nidoreuse" exhalaison qui préfigure le monde désenchanté de A rebours (1884).

Joris-Karl Huysmans
(1848-1907)

Ecrivain français d’ascendance hollandaise par son père, il se rallie au naturalisme avec le roman Marthe, histoire d’une fille (1876), après voir publié un recueil de poèmes en prose, Le Drageoir aux épices (1874). Sa nouvelle Sac au dos sera incluse dans le volume des Soirées de Médan qui, paru en 1880, réunit des nouvelles de six auteurs rassemblés autour d’Émile Zola et qui fait figure de manifeste du mouvement naturaliste. Il écrit dans cette veine plusieurs romans (Les Sœurs Vatard, 1879 ; En ménage, 1881 ; À vau-l’eau, 1882) avant de donner, avec le roman À rebours (1884) une œuvre qui rompt délibérément avec le naturalisme : ce " bréviaire de la décadence " (Arthur Symons) met en scène un jeune aristocrate, Des Esseintes, qui tente d’échapper à l’ennui du réel en se construisant un monde purement artificiel, mélange de raffinement, d’excentricité et de tendance à l’occultisme. Sous les dehors d’une fiction, l’ouvrage est, pour une large part, un livre de critique artistique et littéraire, et les pages consacrées à Paul Verlaine, à Auguste Villiers de L’Isle-Adam, à Stéphane Mallarmé, en font un manifeste du symbolisme. Par ailleurs, l’œuvre reflète les préoccupations spirituelles de l’auteur, dont le cheminement vers une conversion au catholicisme sera illustré par quatre romans semi-autobiographiques : Là-bas (1891), En route (1895), La Cathédrale (1898) et L’Oblat (1903).

à lire sur //
http://www.pitbook.com/auteurs/huysmans.htm

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.