Accueil > WebZine > Lettre de Thot – Archives – Best of > 2005 > Néo-créationnisme : le « monstre de spaghetti volant » contre le « dessein » (...)

Néo-créationnisme : le « monstre de spaghetti volant » contre le « dessein » intelligent

« Une religion c’est une secte qui a réussi… », tout le monde connaît cet aphorisme. Mais voir l’émergence d’une nouvelle religion, en ce début de XXIe siècle, n’est pas un phénomène fréquent ! Cependant cette nouvelle religion en provenance des USA, comme il se doit, est à considérer avec la plus haute attention, appelée aussi néo-crétinisme, pardon « créationnisme », ne manque pas d’un intérêt certain… mais lequel ?

A vous de juger !

TEG –La LdT // novembre 2005.

Mots clés : États-Unis (pays), Religion, monstre de spaghetti volant, néo-créationnisme.

Si les pirates n’avaient pas déserté les mers, l’ouragan Katrina n’aurait jamais vu le jour... C’est la conclusion à laquelle parviennent les défenseurs de la théorie du « flying spaghetti monster », qui réclament que leur idéologie soit enseignée au même titre que la théorie de l’« intelligent design » dans les classes de sciences aux États-Unis.

Selon la théorie du « monstre de spaghetti volant » imaginée par Bobby Henderson, récemment diplômé en physique de l’université de l’Oregon, le réchauffement de la planète, les ouragans, les tremblements de terre et les catastrophes naturelles découlent directement de la disparition graduelle des pirates depuis le XIXe siècle. Graphique à l’appui, le jeune gourou de 25 ans qui invite ses fidèles à s’habiller en pirates affirme qu’il existe une relation inverse et clairement significative entre le nombre de pirates qui ont sillonné les océans au cours des 200 dernières années et les températures moyennes pendant cette même période.

Les prières adressées au monstre de spaghetti volant, représenté par un enchevêtrement de pâtes surmonté de deux globes oculaires et flanqué de deux boulettes de viande, se termine non pas par « amen » mais par « ramen », le nom donné à ces soupes de nouilles japonaises qui se vendent en sachets. Les adeptes de cette nouvelle religion, qui se définissent parfois comme des « pastafaris » - un calembour avec le mot « rastafaris », ces membres d’une secte messianique d’origine jamaïcaine -, ont des convictions qui se veulent une parodie de celles des tenants du concept de l’« intelligent design » (ID), ou « dessein » intelligent, selon lequel la vie est si complexe et si diversifiée que sa création a nécessairement été guidée par une puissance supérieure. Ainsi, bien que Bobby Henderson se dise persuadé que l’univers a été créé par un invisible et indécelable « monstre de spaghetti volant », il nous avoue ne pas savoir comment celui-ci a procédé exactement, sauf que, ajoute-t-il, « les choses se sont passées d’une manière aussi logique que dans la théorie du "dessein" intelligent ».

Bobby Henderson nous a affirmé par courriel qu’il a eu la révélation de cette divinité durant une nuit d’insomnie, tout scandalisé qu’il était par la décision du conseil scolaire du Kansas d’intégrer aux programmes de sciences des avenues alternatives à la théorie de l’évolution de Darwin, notamment la thèse néo-créationniste du « dessein » intelligent.

Il a alors écrit à ce conseil scolaire pour exiger que la théorie du « monstre de spaghetti volant » reçoive la même attention que celles du « dessein » intelligent et de l’évolution darwinienne dans les écoles du Kansas. Il a réclamé à grands cris qu’on alloue la même durée d’enseignement à son concept, sinon il intenterait des poursuites.

Trois membres du conseil scolaire - dominé par des ultraconservateurs religieux - qui s’opposent fermement à l’enseignement de l’ID ont répondu à sa missive en lui apportant son soutien. Depuis, le « monstre de spaghetti volant » connaît un succès boeuf. Ce succès s’est notamment amplifié depuis que le président Bush et le sénateur Bill Frist du Tennessee ont récemment donné un coup de pouce au concept de « dessein » intelligent, qu’ils espèrent voir enseigné dans les écoles de leur pays.

Aux dernières nouvelles, plus de 25 millions d’internautes ont visité le portail de l’Église du « monstre de spaghetti volant » (http://www.venganza.org). Bobby Henderson affirme recevoir environ 400 courriels chaque jour, dont 98 % sont sympathiques à sa créature pourtant peu ragoûtante, parmi lesquels il compte deux douzaines de scientifiques on ne peut plus sérieux. Seulement 2 % des messages qui lui sont adressés sont injurieux et signés par des religieux.

Par ailleurs, Bobby Henderson déclare avoir été contacté par plusieurs avocats. « Quelques-uns m’ont offert leur aide pour la bataille, mais aucun ne s’est porté volontaire pour le faire gratuitement », nous a-t-il confié par courriel.

Ce mois-ci, les médias autant traditionnels que numériques ont pris d’assaut l’Église du « monstre du spaghetti volant », dont la prestigieuse revue The New Scientist, qui y a consacré un entrefilet. Deux encyclopédies en ligne, Unencyclopedia et Wikipedia, ont ajouté un lien portant sur cette parodie de religion. Une recherche sur Google fait apparaître 156 000 références et, sur Yahoo ! 377 000 entrées. La popularité de cette satire en dit long sur l’importance de l’enjeu.

Article by :
http://www.ledevoir.com/2005/09/07/89836.html

Agence Science-Presse, Pauline Gravel - Édition du mercredi 7 septembre 2005 - Témoin d’un siècle – (Né à l’aube du XXe siècle, Le Devoir, journal québécois, a eu 90 ans en janvier 2000.)

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.