John WALKER // PETITS GRIS – Rapport des autopsies #2

Des gènes Hox à l’anatomie des greys // Le problème Hox aliénigène – Partie 1

The truth was out there, fatally exposed

The X-Files, Cigarette Smoking Man, Two Fathers

Les témoignages qui décrivirent les petits gris, entités biologiques extraterrestres, aussi connus comme zeta-réticuliens et, donc, en provenance de Zeta Reticulli – le système d’étoiles binaires Zeta 1 et Zeta 2, qui se situe à environ 39 années-lumière (12 parsecs) de la Terre, selon l’épisode d’abduction de Barney et Betty Hill, en 1961, dans une zone rurale du New Hampshire, aux États-Unis –, parlaient d´êtres ayant quatre doigts dans chaque main et d’organes sexuels atrophiés, des dizaines d’années avant même de connaître l’existence de la relation qui existe, en effet, entre la digitation et les organes sexuels, à travers les gènes Hoxa et Hoxd des sous-classes 9 et 13. C’est donc cet aspect singulier du problème biogénétique alien que nous allons développer en détails dans cet article inédit, écrit spécialement pour les « Chroniques de Mars ».


Un texte de John Walker pour les "Chroniques de Mars"

En fait, ce fut entre la fin 1998 et le début 1999, que j’ai fait une importante découverte, à propos de mon examen aux cadavres des petits gris, dans l’étude de son anatomie en relation aux gènes Hoxa et Hoxd des sous-classes 9 et 13.

Le groupe de gènes Hox est commun aux animaux avec une symétrie bilatérale, y compris chez les humains, dans laquelle l’organisme est symétrique conformément au plan sagittal qui divise le corps en deux moitiés identiques. Ces gènes sont pourtant une catégorie particulière de gènes homéotiques, c’est-à-dire, des gènes qui déterminent ce plan d’organisation selon les axes de polarité (comme l’axe antéro-postérieur), et l’identité de chaque segment de l’animal.

Ces gènes, localisés dans différents chromosomes, conduisent la synthèse des protéines qui régulent l’activité d’autres gènes et se regroupent en quatre complexes indépendants : Hoxa, Hoxb, Hoxc et Hoxd. Les êtres humains possèdent 39 gènes Hox localisés en quatre agglomérats qui se trouvent dans les chromosomes 2, 7, 12 et 17.

Cette multitude de gènes opère en suivant fidèlement une partition génétique qui leur dit où, quand et comment ils doivent agir pour former n’importe quelle partie du corps.

Les greys sont, comme nous, des êtres vertébrés et, comme nous le savons, l’une des caractéristiques de cette classe est précisément leur symétrie bilatérale contrôlée par ces gènes homéotiques.

En effet, on ne doit pas s’étonner que la vie intelligente extraterrestre soit, elle aussi, comme la nôtre, c’est-à-dire humanoïde : bipède, corps debout avec une tête et deux oreilles, deux yeux, un nez, une bouche (disposés de la même façon que sur la face humaine), deux bras avec des mains, des doigts….

Les greys sont des vertébrés, espèce qui se caractérise par la présence de la colonne vertébrale segmentée et d’un crane qui permet de protéger le cerveau. Une des caractéristiques des vertébrés, est précisément la symétrie bilatérale contrôlée par les gènes Hox.

Au cours de ces dernières années, des scientifiques ont découvert que les gènes Hoxa et Hoxd des sous-classes 9 et 13, jouent un rôle important dans le développement des mains et des doigts. D’ailleurs, le biologiste franco-suisse Denis Duboule, Directeur du Département de Zoologie de l’Université de Genève, en Suisse, et son équipe, ont observé dans leurs expériences, des rats avec des mutations dans les complexes de gènes Hoxa et Hoxd, et ils en conclurent que les mêmes gènes nécessaires au développement de la main, jouent un rôle fondamental dans la formation de l’appareil uro-génital. Pour le Professeur Duboule, le développement des doigts et l’appareil uro-génital sont étroitement liés : « Les gènes Hoxa et Hoxd postérieurs sont nécessaires à la croissance et la conception des doigts, mais ils sont aussi présents dans l’embryon génital, dans les cellules embryonnaires qui forment l’appareil uro-génital, y compris le pénis » (Duboule, Nature, novembre 1997).

Dans la photo A, on voit de gauche à droite, comment l’annulation successive de gènes Hox va dégénérer dans l’absence de doigts, voire même de la main. Les mêmes gènes provoquent l’atrophie génitale (photos D et F) dans le fœtus du rat. Dans la partie inférieure, coupe histologique des fœtus (Prof. Denis Douboule, Université de Genève).

Au cours de ces expériences, l’équipe a commencé par annuler certains gènes Hoxa et Hoxd. Suite à cette manipulation, une concomitante perte de doigts et de structures génitales est apparue dans les embryons des rongeurs.

En effet, comme le lecteur pourra le vérifier à travers l’étude génétique des gènes Hox, en relation avec l’anatomie des petits gris, leur biologie n’est donc pas très différente de la nôtre, parce que la vie, quelle qu’elle soit, doit aussi correspondre à l’Univers dans lequel elle est incluse, on ne peut pas dissocier une chose de l’autre.

L’évolution des espèces ne s’applique pas seulement aux animaux terrestres. C’est la condition de tous les êtres vivants de l’Univers. Les extraterrestres aussi ont dû évoluer à partir d’espèces inférieures préhistoriques (qui, sans aucun doute, sont aujourd’hui disparues). Certes, nous manquons d’informations exo-paléontologiques, exo-zoologiques, etc., sur leur planète d’origine, mais il ne fait aucun doute que l’ancêtre le plus récent des greys actuels était pentadactyle. Cependant, il est difficile de dire, à partir des autopsies exo-biologiques effectuées sur les cadavres récupérés dans les débris des chutes d’ovnis, quel était cet ancêtre, ni comment a résulté cette évolution, finalement, dans cette véritable "involution"…

Peinture rupestre découvertes par le capitaine Robert Gray en 1838, dans une grotte à Kimberley, Australie. On peut voir clairement un grey pendactyle.

Ainsi, à une certaine époque, la créature a perdu la forme pentadactyle due à l’absence de gènes Hoxa et Hoxd, et a adopté la forme tétradactyle…

Affaire à suivre…


Un texte inédit de John WALKER © pour les Chroniques de MARS numéro 30 - mars 2019.

Photos de l’article - Droits réservés & documents John WALKER © // K2M 2019.

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.