THOT

Au début, avant la naissance des grands temps, avant le point même, était le silence. Et le silence devint sens. Puis progressivement, sans bruit, ondulant par dessus les eaux vives, vint, orchestrée et ordonnée par bribes, la Parole et sa sephira la Lettre. La Lettre en apparat comme apothéose du Verbe.

Il est une dimension littéraire et littérale bien trop souvent occultée par la grande Tradition Hermétique, ou tout au moins, dirons-nous, par ses Élus, qui est celle de l’Écriture. L’Écriture au plain-chant du mot, c’est-à-dire, glyphes, sons et nombres confondus en échos, kabbalistiquement scellée. En majuscules pourpres, Thot-Hermès le porte-parole des Dieux, gardien des secrets inviolables, exhume sur le blanc du papier, l’encre noire gallo-ferrique, pour enfin écrire – maintenant - le mystère. Révélations alchimiques, symboliques incunables, la Parole se joue des convenances. Abraxas et Pentagrammes, l’acrimonie de la pensée de l’être crée la main de Dieu, signes des temps qui signe le Temps. Le cri de Munsch retentit-il à nos yeux, à nos oreilles ou à notre âme ?

Tu es Thot, le Dieu à tête d’ibis, le Dieu de l’Écriture et de la Connaissance, de la transmission écrite et orale. Le Dieu des encres, des pigments, de la chimie des matières et de la composition des formes. Poète des ligatures enlacées et de la mémoire ressuscitée, entre signes et savoir, tu es le dieu lunaire, veilleur de la Parole perdue puis retrouvée. Salut à toi Thot, « le scribe parfait aux mains pures » qui transmit les hiéroglyphes aux hommes. Tu pratiques la magie de Khéménou et le vol du faucon anticipe ta victoire. Seshat ta fidèle épouse, la maîtresse des Livres, consigne dans les cryptes endeuillées d’Hermopolis les Arcanes sacrés et commande aux scribes de Pharaon de veiller aux secrets de l’Ogdoade. Ta forme immatérielle inquiète les humains qui ne croient qu’en ce qu’ils voient, aussi, sauras-tu empêcher le combat des géants comme jadis celui d’Horus et Seth, sauras-tu à nouveau écouter les paroles de Râ et reprendre la demeure du roi des Dieux ?

« Écoutez-moi tous, je suis à ma place dans le ciel, autant que je le peux, je veux que ma lumière brille dans l’autre monde… Et toi, tu seras mon scribe ici, tu maintiendras la justice parmi les gens de ce monde. Tu prendras ma place, tu seras mon substitut. Ainsi, tu seras appelé Thot, le substitut de Râ »

Thot, la lettre est ton mystère, tu connais les mots-forces qui permettent de franchir la porte héroïque du ciel, ton calame enseigne aux immortels l’art d’anticiper l’illusion de l’Abîme ; et grâce à toi, peut-être, l’ère d’internet nous fera-t-elle oublier l’homme-lettre de Léonard et Dürer ; sans doute écris-tu sans relâche pour enchanter sans trêve l’apogée du soleil…

- Mais quelle est donc la Lettre de Thot ?

Thierry E Garnier - Arcadia, janvier 2003.

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.