Le Surnateum

Interview

Suite à notre article consacré à Jean Cocteau, écrit par le Collectionneur, directeur et responsable du site internet du Surnatéum, sur : http://www.surnateum.org/ voir la « LdT » N° 15, nous sommes entrés en relation avec Christian Chelman, conservateur du Surnateum qui a bien voulu répondre à nos questions, en exclusivité, pour la « Lettre de Thot ».

ARCADIA : Qui est le Collectionneur et où se trouve la Collection ?

Le Conservateur : Le Collectionneur tient à garder l’anonymat. Tout ce que l’on peut révéler au sujet de la Collection et qui n’est pas dit sur le site, est que celle-ci se trouve à Bruxelles. La Belgique est terre rêvée du réalisme magique, mais rarement il a été poussé jusqu’à cette extrémité. Il s’agit d’une Collection privée et le Surnatéum est plus proche d’un Cabinet de Curiosités que d’un musée, dans le sens traditionnel du terme. Un projet d’exposition (fixe ou itinérante) est actuellement à l’étude, mais cela demande des fonds importants et pour ce projet, il faut une surface au sol d’au minimum 1000 m2. La Collection se présente toutefois comme un théâtre d’objets ; elle peut se visiter en flâneur mais parfois d’étonnantes rencontres y sont possibles… Pour l’instant, nous n’acceptons bien entendu aucun visiteur.

ARCADIA : Pourquoi une telle Collection ?

Le Conservateur : La Collection se veut conserver une trace de l’Homo Magicus que nous appelons le Sensitif. La magie a de tous temps été liée à la société, mais au cours des derniers siècles, tout a été fait pour l’éradiquer.

La Collection décline les mille et une facettes de ce mot « Magie ». Le choix d’une présentation fantastique de cette Collection est entièrement volontaire ; pour éviter tout dogme, nous laissons au visiteur virtuel la liberté de se faire sa propre opinion sur le sujet. Après tout, nous sommes en démocratie, enfin on le croit… Vous pouvez consulter le site comme un ethnologue, un amateur de fantastique, un amoureux de jeux de rôles, un poète ou un Sensitif. Sachez néanmoins que si vous la visitez avec un esprit rationaliste extrême, toutes les informations nécessaires concernant l’authenticité des pièces et de leurs histoires sont à disposition sur le site.

ARCADIA : Quelles sont vos pièces préférées ?

Le Conservateur : Ceci est une question difficile et très personnelle. En ce qui me concerne, la Boîte de Magies est liée à mon introduction dans cet univers et j’ai un gros penchant pour elle, de même que le n’kisi (1).

Pour d’autres raisons, j’ai énormément de plaisir à côtoyer les objets vampiriques. Sinon, je dois avouer que tous les objets sont rares et même souvent uniques. Les magies du Surnatéum sont fortement liées à ce que l’on appelle une magie du Chaos ; avec un penchant certain pour le vaudou, l’Alcheringa aborigène, le chamanisme bönpo, la magie des Contes et l’illusionnisme. Le Conte de la Taverne de Vilokan est une clé de lecture essentielle du site.

ARCADIA : Quelle est votre philosophie du monde ?

Le Conservateur : On assiste actuellement à un retour du magique dans la société. Il suffit de voir le succès de Harry Potter ou du Seigneur des Anneaux pour s’en rendre compte. Depuis un certain nombre d’années, des artistes travaillent à ce retour, parfois de manière discrète parfois ouverte. De Jim Henson à Neil Gaiman, en passant par Alan Moore, Michael Ende, et bien d’autres. Nous associons magie et merveilleux et nous vous rappelons que le mot Magie se trouve au centre du mot Imaginaire. Internet nous permet d’émerger lentement dans le monde « normal », mais nous ne sommes pas encore tout à fait prêts à ouvrir notre univers secret au tout-venant. Cependant, deux ouvrages ont vu le jour qui lient les Collections à un aspect particulier du Surnateum : Légendes Urbaines et le Compendium Sortilegionis. Le premier ouvrage est épuisé, et le second, publié par les éditions Slatkine, devrait encore être disponible dans toute bonne librairie. Nous cherchons un éditeur pour une série d’ouvrages grand public sur l’univers du Musée.

Le Conservateur du Surnateum, pour la « Lettre de Thot » © DR. Avril 2004.

(1) Le Nkisi est un Fétiche d’origine du Bas Congo en ivoire, dont la datation probable, pour l’objet conservé dans la collection, est d’avant le XVIIème siècle. Matière : Ivoire, verre, matières organiques. Hauteur : 16 cm sur une base ovale d’un diamètre maximum de 8,5 cm. Rarissime nkisi ayant probablement appartenu à un dignitaire de haut rang, les yeux et la charge magique (bilongo) sont recouverts de verre transparent. (A découvrir sur le site internet du Surnateum.)

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.