Accueil > Le Blog > Archives 2009, 2010 > 24/03/2010 [Planète Krypton…]

24/03/2010 [Planète Krypton…]

C’est plus de l’or en barre, c’est de la Kryptonite… ! De 10 cents en 1938… cette BD américaine très recherchée des collectionneurs, premier numéro du comics américain « Superman » a été adjugée un million de dollars (!) à New-York cette semaine… Une paille ! L’exemplaire de ce Superman était la propriété d’un collectionneur ricain, sans doute un peu bas de plafond et assez richissime quand même… (On imagine une bibliothèque de plusieurs centaines d’ouvrages - à un million de dollars pièce - des Superman, des Batman, des Spiderman, j’en passe et des meilleurs… les Four Fantastic ? Le Surfer d’argent ?), ce collectionneur donc avait depuis quinze ans ce numéro 1 de Superman et cette BD a été rachetée par un autre collectionneur, ricain lui aussi, qui la revendra sans doute dans deux ou trois ans : 4 ou 5 millions de dollars… à ce rythme-là ce dernier collectionneur conservera à son tour la BD encore quelques années, disons deux ou trois ans, ce qui nous ramène vers l’année 2016… A ce moment-là, ce dernier collectionneur mettra à nouveau aux enchères le fameux numéro 1 de Superman dont nous parlons, environ 15 ou 20 millions de dollars l’exemplaire… et, à ce moment-là… la supercrise US des subprimes passant par-là, faisant ressembler la précédente crise des subprimes à un joyeux épisode de « la petite maison dans la prairie », ce dernier collectionneur disions-nous eut enfin le temps de lire son numéro 1 de Superman et goûter avec la saveur des justes la toute puissante métaphysique de cette BD américaine et sans doute se dire qu’il avait payé peut être un peu cher ce monument incontournable de la culture d’outre atlantique ! … à ce moment-là… l’abbé Pierre se retourna dans sa tombe, Laura Ingalls se tira une balle dans la tête, les colonnes du Temple Jakin et Boaz s’écroulèrent sur Wall Street et Captain America se prit de convulsions en vomissant son quatre heures sur une Catwoman éperdue d’admiration devant tant de millions de dollars déversés à profusion dans cet océan de béatitude et de compassion qu’était devenu le marché mondialisé de la finance internationale…>[BdG]