« Il faut Essencier dans l’Existence, pour Exister dans l’Essence. »

Jacques BREYER

JACQUES BREYER – LE DOSSIER

Pour les « Chroniques de Mars », nous allons présenter dans les prochains mois un Dossier inédit consacré à Jacques Breyer (1922-1996), en exclusivité sur notre site, avec entre autres des extraits du remarquable travail de notre ami Albert Champeau sur le « Tarot des Grands Peintres » de Jacques Breyer.

La « Métaphysique Templière » – ou ce que nous nommons comme telle – fut remise au goût du jour par Jacques Breyer (1922-1996), au cours de la seconde moitié du XXe siècle à travers différentes publications étonnantes en relation avec la résurgence d’Arginy de 1952. Revues ou livres qui s’étagent des différents numéros de la « Voix Solaire », revue fondée par Jacques Breyer lui-même, jusqu’à ses différents ouvrages remarquables qui composent une bibliographie majeure pour tous les ésotéristes s’intéressant à ce courant de pensée occidental et foncièrement chrétien.

Sur la notion, ou mieux le concept, de « Métaphysique templière », nous serons amenés prochainement à revenir sur ce sujet complexe et éminemment clivant pour celui qui essaye d’entrevoir selon une chronologie historique conventionnelle un fil conducteur que nous qualifierons de théosophique et surtout, potentiellement, selon la loi des cycles en action, de transcendant et permettant d’effacer à rebours les bornes du Temps.

Thierry E. Garnier – K2Mars.

 


Jacques BREYER & le TAROT des Grands Peintres # 1 – LE BATELEUR

*   *   *

Un travail d’Historien de l’Art au service d’une enquête policière…

 

C’est au prix d’un travail titanesque et de nombreuses nuits blanches destinées à arpenter les reproductions numérisées des archives iconographiques des plus grands musées du Monde…, mais aussi en lisant, cherchant, épluchant, scannant, traduisant tout ce qu’il était possible de trouver en matières de reproductions diverses dans des bibliothèques spécialisées ou en relisant des monographies d’artistes peintres les plus méconnus qu’Albert Champeau à découvert petit à petit, par petites touches minuscules, quasiment toutes les Lames du Jeu de Tarot de Jacques Breyer, pour finalement retrouver presque toute l’entièreté du puzzle constitué par les XXII ARCANES MAJEURS du TAROT de MARSEILLE. C’est ce que nous allons pouvoir constater ici dans les prochaines semaines. Un remerciement particulier lui est dû pour la remarquable qualité de son travail de chercheur et pour son enquête minutieuse qui a duré des années…Felicidades a el.

Pour le BATELEUR – LAME I du TAROT de MARSEILLE, Jacques Breyer a utilisé un tableau de Goya intitulé : « Des acteurs comiques ambulants » – Musée du Prado, Madrid, 1793.

 

*   *   *

Le BATELEUR

Le tableau de Goya sélectionné par Breyer pour représenter la Lame du «Bateleur» s’intitule «Des acteurs comiques ambulants», il s’agit d’une représentation théâtrale dans la rue : un « divertissement national»… Cette œuvre est une représentation d’une compagnie d’acteurs de la Commedia dell’arte sur une scène élevée et entourée d’un public anonyme. Ce genre de théâtre populaire italien où des acteurs masqués improvisent des comédies marquées par la naïveté, la ruse et l’ingéniosité est apparu au XVIe siècle, il tient ses racines des fêtes du rire qui sont à la base des grands carnavals. Les premières représentations eurent d’abord lieu sur des tréteaux ; le comique était principalement gestuel avec des pitreries. Dans cette comédie improvisée où les acteurs s’inspiraient de la situation dramatique, des circonstances de temps et de lieu, le discours était sans cesse renouvelé.

On y retrouve les principales composantes de la comédie comique italienne, avec ses masques et ses bouffons ; ici : Pantalone, un bourgeois vénitien, représentant le maître, un vieillard avare,crédule, libertin et méticuleux, songeant toujours à plaire. C’est le vieux barbon, amoureux de la jeune Colombine, une villageoise, humble servante ou soubrette éveillée, hardie et insolente à l’esprit vif. Très malicieuse, elle mène Arlequin par le bout du nez, tout comme Pantalone. Polichinelle, un autre personnage type de la Commedia dell’arte qui apparaît dans le tableau de Goya, représente un valet d’origine paysanne, rusé, grossier, simple, disgracieux, spirituel et gourmand. Vêtu de blanc, il est caractérisé par son fameux masque avec un nez en bec de corbin, sa bosse, son gros ventre et son parler imitant le cri des oiseaux. Enfin, Arlequin, un personnage indispensable, dont la fonction est celle d’un valet comique, connu pour sa bouffonnerie. Il fait aussi partie des «valets» bouffons de la commedia, les «zanni». Ses caractéristiques ont cependant évolué et correspondent plus au sens ésotérique que lui prête la Tradition. D’ailleurs, l’art s’en est emparé, faisant d’Arlequin : «Arlequin chevalier du soleil», «Arlequin Jason ou la toison d’or comique», ou encore «Arlequin Mercure galant» chez Nolant de Fatouville, dramaturge français du XVIIIe.

Ses traits psychologiques et sociaux évoluèrent donc vers un valet en apparence naïf et sensible, mais qui laisse entendre l’intelligence et la ruse d’une soumission feinte. Ce qui rapproche du «fou du roi et des seigneurs» d’antan, voire de la Grèce antique, où les rois avaient leur bouffon attitré, seul personnage pouvant sans conséquence se moquer du souverain, quoique la satire constituât toujours un risque, voire un péril pour l’artiste.

 (…) – extrait du livre.

*   *   *

Or, si l’on revient à la Métaphysique, aux Mythes et Symboles anciens, et bien évidemment au «Royal+Secret», cette Étoile de Salomon à 6 branches et aux 22 segments… la Tradition image la Quête de la Connaissance comme une chasse, une poursuite à cheval par les Chevaliers du Graal qui s’enfoncent dans la Forêt enchantée, pourchassant un «Cerf», qui n’est autre que la Conquête authentique – puisque le Ciel se prend avec violence – de la Connaissance des Architectures du Plan de Création dans ses Géométries Gouvernantes.

Avancer sur un tel Sentier Opératif, c’est s’engager sur la Route des Adeptes, vers la Connaissance des Architectures Naturelles du plan Causal et l’Observance de cette Connaissance dans nos actes. C’est encore, dans cette Queste du Graal, chausser des «bottes de sept lieues» et terrasser les Gardiens du Seuil de la Cité enchantée, qui est au Cœur de la Forêt. «Ainsi, nous dit Breyer, soyons Ouverts à la Géométrie d’une manière Vivante, Sensible… et non pas intellectuelle ou figée, pour qui la «Forêt enchantée» sera toujours de glace.

Le Palais reste fermé à ceux que la Puissance du Trait n’habite pas ; mais gardons-nous d’une Chasse trop rapide en Veneur impatient… le Cerf nous échapperait, qui pourtant devait finir en Quartiers par une Poursuite bien menée. (« À Midi, pas avant, nous aurons les Honneurs de la Bête ; et ce Soir, pas avant, nous pourrons, à notre tour, Reposer dans la Chambre du Roi ! »).

Le « Royal+Secret» est une Étoile Miraculeuse que des Initiés de toutes Races, au travers des Temps, ont diversement Tenue, Chantée, et Imposée… Compostelle (dont le nom se Médite), l’Etoile du «Royal+Secret» dans sa Composition intime, est toute la Clef du Monde…» Pour le «Beau Voyage» que nous avons à faire dans les Architectures, véritable Route de Dieu, Pèlerinage aux Sources, meilleur Gage de notre Survie, Réalité première et dernière, Breyer invite à savoir «dépecer le cadavre»: les Chambres intérieures de cet Arcane.

«Poursuivons impitoyablement la Chasse… il nous faut ses Trésors ! Il est Midi à présent… c’est un Instant sans Ombre ! Le Cerf est à nos pieds !… mais ne crois-tu pas, Galaad, que c’est plutôt un Sphinx que nous avons chassé ?… Abreuvons-nous au Sang de l’Animal fourbu ; il nous donnera la Force qu’il devait nous Transmettre, afin que le Très-Haut soit enclin (par ce Pacte) à mieux Vouloir de nous ! Taillés en Pièces et superbes Quartiers, voici donc le Royaume, la Puissance, et la Gloire…» (1).

 

 (…) – extrait du livre.

 

Études et recherches inédites d’Albert Champeau © publiées dans l’ouvrage « Jacques Breyer – Le Tarot des Grands Peintres » – Éditions Le Bibliophore, juin 2019.

_________

1 – In TERRE OMÉGA, chapitre II, l’Arcane.

 


Thierry E. GARNIER – Jacques BREYER – Pour une Métaphysique Templière

Thierry E. GARNIER – « Le Tarot des Grands Peintres » – Une expérimentation artistique unique – Présentation # 1

Albert CHAMPEAU – Jacques BREYER & le TAROT des Grands Peintres # 1 – Le Bateleur

Albert CHAMPEAU – Jacques BREYER & le TAROT des Grands Peintres # 2 – La Papesse

Albert CHAMPEAU – Jacques BREYER & le TAROT des Grands Peintres # 3 – L’Impératrice

Thierry E. GARNIER – Jacques BREYER – De l’Expérience d’Arginy à « La Voix Solaire » (1960-1968) # 1 – Les revues « La Voix Solaire »

 

(à suivre…)

 



888-47.jpg

THESAVRVS // Agneau – Air – Alpha – Alphabet grec – Alphabet romain – Âne – Ange – Année solaire – Anthropologie – Apocalypse – Argent – Art poétique – Astronomie – Berger – Bible – Boaz – Bœuf – Carl-Gustav Jung – Carré – Cartographie céleste – Cène – Cercle – Chiffres – Christ – Cœur – Couleurs – Coupe Coutumes – Croix – Cromlech – Cycle lunaire – Désert – Divinations – Dolmen – Dragon – Eau – Etrusques – Feu – Figures – Formes – Gestes – Graal – Hébreux – Histoire – Jakin – Lion – Mains – Mégalithes – Menhir – Mère – Miel – Montagne – Myrrhe – Mythes – Mythes fondateurs – Nature des symboles – Nombres – Omega – Or – Pain – Paradis – Phénicien – Poissons – Pythagore – Pythagorisme – Religions – Rêves – Runes – Sang – Sel – Serpent – Signes – Soleil – Souffle – Sumbolon – Symboles – Symboles chrétiens primitifs – Symboles dans la Bible – Symbolisme – Taureau – Temple – Terre – Tradition – Triangle – Veilleur – Vin – Zoé //

Bandeau_K2M_19-b9786.jpg